Institut de Tai Ji de la Haute-Vienne
Institut de Tai Ji de la Haute-Vienne
I.T.J.H.V.
I.T.J.H.V.

               Kong Fu Cha 

NICOLAS MARECHAL

 

L’art du thé prend naissance dans le Cha Jing ( 茶經 ) écrit par Lu Yu ( 陆羽 ) dans les années 760 - 780. Ce traité comporte 10 chapitres, relatant entre autres, les origines du thé, sa méthode de production, de fabrication, de conservation, de préparation, de dégustation... Cet ouvrage est suffisamment complet pour parler de notion de Gong Fu Cha à proprement dite. Le Gong Fu Cha n’est pas une cérémonie de thé comme le Cha No Yu ( 茶の湯 ) au Japon, où tout est codifié, tout est très ritualisé et où il n’existe qu’une voie pour préparer le thé à l’ancienne manière : Cha Do ( 茶道) . Le Gong Fu Cha est l’art de préparation avec application.On peut parler d’art martial.

Matériel

 

Le Gong Fu Cha nécessite un matériel adéquat :

  1) le service à thé :

composé de plusieurs pièces en porcelaine, il doit comprendre : 

  • zhōng 盅: composé d’une sous-coupe, d’une coupe, et d’un couvercle, il permet l’infusion du thé. 
  • cháhǎi 茶海 : cruche en forme de pot rond avec un bec, utilisée pour recevoir le thé infusé. 
  • chábēi 茶杯 : petite tasse utilisée pour boire le thé. il existe aussi une autre tasse haute et étroite pour sentir les vapeurs de thé : wénxiāngbēi 聞香杯. Cette tasse fut introduite dans le Gong Fu Cha à partir de la dynastie Qing.
  • chálòu 茶漏 : passoire pour filtrer les petits débris de thé.

 

  2) les ustensiles :

  • cházé 茶則 : cuillère pour prendre le thé dans la boîte à thé cháguàn 茶罐
  • cháchí 茶匙 : pointe pour nettoyer la théière du reste de thé 

Ces ustensiles sont généralement en bois dont la nature et la qualité peuvent varier. il existe 3 autres ustensiles: la pince pour prendre les tasses à déguster, un entonnoir et une pousse pour verser le thé dans la théière plus facilement.

 

Le pinceau : Il apparaît à partir de la dynastie Qing et sert à essuyer la théière. il n’est pas forcément utilisé lors du Gong Fu Cha

Le plateau : chápán 茶盤 plateau servant à recueillir l’eau. Il en existe de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les matières...

 

La serviette : chájīn 茶巾 : utilisée pour essuyer le dessous de la théière, pour poser les ustensiles ou encore pour essuyer les éclaboussures d’eau.

 

La bouilloire : zhǔshuǐqì 煮水器 : bouilloire utilisée pour chauffer l’eau. Elle doit être en grès ou en terre avec un réchaud à alcool ou encore à charbon. On trouve aujourd’hui dans les maisons de thé en Chine, des bouilloires à induction, plus pratique.

 

La théière : cháhú 茶壺 : L’élément principal dans le Gong Fu Cha si celui-ci n’est pas fait en zhōng 盅. il existe des dizaines de milliers de théières, toutes aussi différentes les unes des autres. La forme, la couleur, la taille, le poids varient en fonction des potiers. Les meilleurs théières sont faites avec la terre de Yi Xing, Yíxìng shā 宜興砂 situé dans le Jiāngsū 江蘇.

 

L’eau : composé présent à 99,9% dans l’infusion, une eau de bonne qualité doit être choisie pour altérer le moins possible le thé et ses arômes. En France, l’eau de Volvic est adéquate pour réaliser le Gong Fu Cha.

Le thé : ingrédient indispensable pour le Gong Fu Cha, certains doivent être fait en zhōng 盅, d’autres peuvent être fait en théière.

Les paramètres

 

Deux paramètres entrent en ligne de compte dans l’exécution du Gong Fu Cha : Le paramètre matériel et le paramètre humain, ceux-ci comportant à leur tour d’autres facteurs. Ce sont ces paramètres qui, étudiés et choisis avec connaissance, pratique et expérience donneront un bon thé.

 

  1) Paramètre matériel :

  • Le choix d’une eau, comme dit précédemment, est important pour pratiquer le Gong Fu Cha. elle doit être la plus faiblement minéralisée possible et provenir d’une source de montagne si possible. La source choisie donne une eau plus ou moins «chargée» au niveau énergétique. On l’appelle le qi 氣 dans le concept énergétique chinois.
  • Le type de bouilloire est un paramètre moins important mais néanmoins non négligeable en ce qui concerne l’inertie calorifique de l’eau : une bouilloire en terre chauffée au charbon s’avère le meilleur choix mais est peu pratique. Une bouilloire en métal chauffée par induction est très pratique car rapide et simple d’utilisation mais l’inertie calorifique de l’eau est quasi nulle. 
  • le zhōng 盅 en porcelaine d’épaisseur variable doit avoir un rapport table d’air / table d’eau approprié lorsque que le thé infuse : rapport entre eau et thé contenu dans le zhōng 盅 et l’air emprisonné sous le couvercle du zhōng 盅. Si celui-ci n’est pas adapté à chaque type de thé, le thé peut ne pas dévoiler tous ses arômes.
  • Le choix d’une théière cháhú 茶壺 pour chaque type de thé est important. Le choix d’une forme de théière pour un type de thé donné l’est d’autant plus. Au fil des infusions, la théière va se culotter, la terre va se charger en tanins, pour que, infusions après infusions, la théière rende au mieux les arômes du thé. On dit qu’il faut 1000 infusions pour culotter une théière...
  • Le thé, en lui-même, est un paramètre. Chaque type de thé contient plusieurs noms de thé venant de lieux différents. Et pour chaque thé, il y a plusieurs gammes, plusieurs qualités de thé, variants non seulement en fonction de l’année de production, mais aussi en fonction du site et de la période de récolte. Pour avoir une idée du monde du thé, on peut le comparer au monde du vin en France, ou encore au monde du cigare à Cuba. On dit qu’une vie n’est pas suffisante pour connaître parfaitement le monde du thé...

2) Paramêtre humain :

 

Le Gong Fu Cha nécessite une connaissance approfondie du monde du thé : elle doit comprendre au minimum les paramètres évoqués précédemment. La façon la plus juste, pour apprendre est la transmission du savoir de maître à disciple, comme dans les arts martiaux chinois, car lire des livres apporte certe une connaissance théorique mais c’est oublier l’essence même du Gong Fu : La pratique. Il existe encore de nos jours des maîtres enseignants à des disciples comme dans l’ancien temps... Un proverbe dit : «un élève peut passer 3 ans à chercher un bon maître, un bon maître peut passer 3 ans à tester un élève.»

Lorsque les connaissances et l’apprentissage sont suffisants, on peut alors commencer à s'entraîner à faire le Gong Fu Cha, non pas pratiquer le Gong Fu Cha. On dit qu’il faut 10 années d’entraînement avant de commencer à pratiquer. Alors pendant ces 10 ans, que fait-on ? 

Voici ce qui nous amène aux paramètres humains :

Ils sont liés à la connaissance ou la non-connaissance des paramètres matériels, à l’enseignement reçu par le maître de thé et à l'entraînement du disciple. Ces paramètres ne sont qu’une approche théorique, ici et maintenant... Il est donc nécessaire de garder à l’esprit qu’ils n’existent que dans la pratique du Gong Fu Cha.

On peut donc en évoquer quelques-uns, pour ensuite les transposer pendant le Gong Fu Cha.

  • savoir choisir l’eau
  • savoir choisir telle ou telle porcelaine
  • savoir choisir la théière ou le zhong
  • savoir choisir le type de théière
  • savoir choisir un bon thé
  • température de l’eau : est-elle trop chaude ? est-elle trop froide ?
  • savoir doser la quantité de thé dans le zhong ou la théière
  • savoir déterminer le temps d’infusion du thé
  • savoir déterminer le temps entre chaque infusion de thé
  • savoir boire le thé

En 3 gorgées, ni trop chaud ni trop froid, en le gardant en bouche pour en déterminer les différents arômes, distinguer les différences entre les infusions. Reconnaître un type de thé à sa feuille, à l’odeur, à la couleur de l’infusion, deviner la provenance du thé, de quelle région, de quelle montagne, deviner l’année de récolte du thé, la saison de récolte du thé, deviner à quelle infusion nous sommes dans le Gong Fu Cha...

- savoir si le thé donnera encore des arômes à la prochaine infusion.

- savoir continuer ou arrêter le Gong Fu Cha...

 

Le lieu, les personnes qui dégustent le thé, celui qui prépare le Gong Fu Cha entrent aussi en ligne de compte. Il est nécessaire d’être dans un lieu calme, tranquille pour apprécier le thé, à l’écart de la vie quotidienne. On est alors dans l’ici et le maintenant. 

Enfin, pour avoir le Shen 神, l’esprit, il faut avoir le Qi 氣, l’énergie. Pour avoir le Qi 氣 il faut l’intention, le Yi 意. Pour avoir le Yi 意, il faut avoir le Xin 心, le coeur, et le Jing 精, l’essence. Cela détermine, le Shen 神 du Gong Fu Cha, l’esprit qui ouvre à la voie du thé, 茶道.

Sans Xin 心 ni Jing 精, pas de Yi 意. Sans Yi 意, pas de Qi 氣. Sans Qi 氣, aucun Shen 神...

 

Les étapes du Gong Fu Cha

 

Voici un petit descriptif du déroulement du Gong fu cha :

- Après un descriptif du matériel, l’hôte présente le thé et le fait sentir aux invités.

 

  • 洗壶 (xi hu): laver la théière
  • 洗茶 (xi cha): rincer le thé. c’est la première infusion, elle sert aussi à chauffer la porcelaine mais elle n’est pas bue.
  • 喝茶 (he cha): boire le thé. c’est la deuxième infusion. L'hôte invite à déguster le thé. 
  • Les infusions se suivent ensuite.
  • Lorsqu’un invité souhaite arrêter la dégustation, il retourne sa tasse sur le plateau.

Actualité

Voyage et pratique du Tai ji en Chine - été 2016

Reportage de 7A Limoges TV